Overblog Suivre ce blog
Editer l'article Administration Créer mon blog

Spirit Track - La remotorisation de ma Planet 2 (31)

29 Juin 2013 , Rédigé par Link92 Publié dans #Spirit-Track, #Maxitrak, #Planet 2, #Construction, #Création du réseau

Depuis le temps que je suis dessus, je n'avais pas encore écrit de sujet pour vous expliquer ce que je réalisai. Je rattrape donc cette "monumentale erreur" lol, mais je dois avouer que l'opération s'est montrée beaucoup plus compliquée que prévu à réaliser.... En effet, il n'est pas simple de modifier de l’existant, mon outillage est relativement réduit et je ne dispose pas d'un atelier donc les travaux se font en extérieur (ce qui explique le retard, vous comprendrez aisément lol)...

Pour faire simple, il y avait 2 étapes à réaliser : le renforcement du châssis et la remotorisation.

Pour ce qui est du renforcement du châssis, il fallait, compte tenu de la forte augmentation de puissance, modifier sa conception - relativement simple - afin de se prémunir contre une déformation des parties soumises à la charge. Une loco est généralement constituée de bogies sur lesquels sont montés les moteurs - qui assurent la transmission de l'effort de traction des roues vers le châssis, d'un châssis - qui assure la transmission de l'effort de traction des bogies vers les véhicules - et d'une caisse qui repose sur le châssis - et qui assure la protection des parties électriques de la loco; accessoirement d'1 ou 2 cabines - qui permettent la conduite du train.

Dans mon cas, la Planet 2 n'avait pas "réellement" de châssis (en fait, une simple tôle de 2.5mm servant de plancher - sur laquelle étaient montés les 2 essieux moteurs - relié aux extrémités à une traverse d’attelage en tôle de 8mm). La chaine d'effort était : moteurs->essieux->plancher->traverses d'attelage->attelage->véhicules. Le point faible résidait dans la transmission de l'effort via le plancher de la loco, bien trop léger pour supporter le nouveau surplus de puissance et la charge remorquable rehaussée.

J'ai donc ajouté 2 traverses de charges (2 barres d'acier de 6mm soudées et boulonnées au plancher de la loco et aux essieux moteurs) fixées aux extrémités aux traverses d'attelage (par soudure et boulonnage avec équerres de maintien). Pour finir, la fixation des moteurs, dorénavant intérieurs à la loco, a été également été prévue sur ces traverses de charges. La chaine d'effort devient donc la suivante : moteurs->essieux->traverses de charge->traverses d'attelage->attelage->véhicules. Le plancher de la loco ne subit plus aucune contrainte et il n'y a plus de risques de déformation.

Je n'ai pas pensé à faire de photos de cette étape, mais si jamais je redémonte ma loco, je vous promets de vous en faire ;-).

Pour la partie remotorisation, là j'ai vraiment tout refait... La conception d'origine était vraiment parfaite, mais uniquement possible, au vu du diamètre des roues (105), qu'avec de tout petits moteurs (montage Delrin - 2 moteurs suspendus positionnés à 180° de part et d'autre de l'essieu - entrainement direct sans latence - réduction drastique des contraintes sur le train d'engrenage - réponse immédiate - etc.). J'ai donc opté pour un entrainement plus classique par pignons et chaines avec déport des moteurs dans la loco.

Les moteurs développent 800W sous 36v à 2800tr/mn et sont au nombre de 2. Je passe donc de 4*80=320W à 2*800=1.6kW soit une augmentation de 5 fois la puissance d'origine. Cependant, pour simplifier l'utilisation, je n'alimenterai les moteurs qu'en 24V ce qui me donnera une puissance d'env. 500W par moteur. La réduction étant proche de l'ancienne, je ne devrai plus avoir de soucis avec mes fortes pentes et je devrai même pouvoir transporter quelques passagers :-D.

Le contrôleur électronique d'origine (hacheur 4 quadrants VTX-40 4QD - 40A max) ne pouvait supporter les courants à fournir aux nouveaux moteurs (28.5A en régime continu). J'ai donc également remplacé le contrôleur par un Pro-150 4QD (hacheur 4 quadrants programmable - 150A max) et j'en ai profité pour remplacer la carte défectueuse des auxiliaires (fanal et sifflet). Le tout est monté sur une plaque de refroidissement en alu au-dessus des moteurs et le compartiment moteurs/électronique bénéficie d'une ventilation forcée (ajout d'un interrupteur dans la cabine de la loco pour sa mise en/hors service; circuit auxiliaire indépendant, car pas de relai dispo sur la carte aux.). J'ai également adapté le câblage (2*6mm2 pour la puissance, 1*2.5mm2 pour l'alimentation de la carte aux. et 1*0.75mm2 pour les aux) et les protections (1 DJ 63A aM courbe C et 1 DJ 10A aux.) aux nouveaux courants. Je vais également remplacer l'ampoule du fanal et adapter ce dernier afin d'avoir un "vrai" éclairage avant (ampoule 12V 14W éco) suite à un petit accident en début de carrière... Je vais également ajouter des diodes de contre-réaction sur les 2 sifflets afin d'éviter de "griller" à nouveau les relais de la carte auxiliaires.

La liaison entre le wagon et la loco se fera au moyen de 2 prises tri 20A étanches (pas très esthétique, mais efficace au vu du courant); les prises mâles sur la loco, les femelles sur le wagon (protection des batteries). Le wagon contiendra les 2 batteries de 24V 96Ah montées en série, le câblage à demeure et les protections.

Je vous livre quelques photos de l'avancement de ces travaux (presque terminés).

Les différentes étapes du cablage
Les différentes étapes du cablage
Les différentes étapes du cablage
Les différentes étapes du cablage
Les différentes étapes du cablage
Les différentes étapes du cablage
Les différentes étapes du cablage

Les différentes étapes du cablage

Partager cet article

Commenter cet article