Overblog Suivre ce blog
Editer l'article Administration Créer mon blog

Spirit Track - Les pentes/rampes maximales (6)

2 Février 2013 , Rédigé par Link92 Publié dans #Spirit-Track, #Création du réseau, #Pose de la voie

Pour la contrainte de la pente/rampe maximum j'ai noté, lors de mes recherches, que la valeur maximale généralement admise est d'environ 5% (mais sur les réseaux commerciaux ou d'association rarement plus de 2-3%). Petit rappel, une pente de 5% signifie que l'on monte (ou descend) de 5m/100m. Après il faut bien comprendre que cette donnée est somme toute relative (comme en échelle 1:1 d'ailleurs) car elle dépend de très nombreux facteurs. En outre, les contraintes sont différentes entre la montée et la descente. Enfin, plus l'échelle sera proche de la taille réelle, plus ces valeurs seront basses (la masse est inversement proportionnelle à l'échelle ; plus c'est grand, plus c'est lourd donc moins ça grimpe et plus c'est dur à arrêter)

En effet, en montée, il faut que la locomotive puisse tracter le train. La valeur de la rampe max dépend donc de la charge remorquée, de la puissance de la locomotive et de sa masse, des conditions d'adhérence, de la vitesse souhaitée et de la longueur de la rampe.

En descente, il faut être certain que le train ait bien la possibilité de s'arrêter en toute sécurité. La valeur de la pente maximale dépend donc de la masse du train, du ou des freinages disponibles (frein à main, pneumatique, électrique, etc.), de la longueur de la pente et de la vitesse souhaitée. Bien entendu, les conséquences d'une dérive d'un train de jardin ne sont pas les mêmes que pour un train réel mais c'est quand même un point important, surtout si on transporte des personnes !!!!

Pour le réseau d'un particulier on peut donc admettre des valeurs beaucoup plus large que pour un réseau qui accueillera du public mais avec quand même des limites (dans ce cas, qui dépendent plus de l'échelle que du reste) lol. Je pensai, pour la réalisation de mon circuit, que ce serait le problème majeur... Eh bien, encore une fois, j'avais tort….

Partager cet article

Commenter cet article