Overblog Suivre ce blog
Editer l'article Administration Créer mon blog

Spirit Track - La pose du ballast (29)

11 Février 2013 , Rédigé par Link92 Publié dans #Spirit-Track, #Création du réseau, #Pose de la voie, #Travaux

La construction du réseau touche à sa fin. L'intégralité de la voie étant posée, il est temps de passer au ballastage. Cette opération est primordiale car elle va permettre d'obtenir un meilleur confort de roulement, de maintenir la voie sur la plateforme (surtout dans les courbes) et de la niveler. Elle va se dérouler en plusieurs phases : le ballastage, le bourrage, si nécessaire accompagné d'un relevage pour la mise à niveau du rail et le retrait de l'excédent de ballast (pas forcément nécessaire pour le bon fonctionnement mais obligatoire pour avoir un visuel des traverses. Disons que c'est pour l'esthétique lol).

L'idéal, pour ballaster, serait d'avoir du gravier calcaire en 4/11 (4mm/11mm, le meilleur maintien et la plus belle esthétique) mais il me reste pas mal de 0/20 de la sous-couche. Mes finances n'étant pas extensible, surtout en ce moment (toujours ces p"#'-@n de soucis avec la maison...), je décide donc de l'utiliser, quitte à devoir retirer les graviers trop grands.

Le ballastage est on ne peut plus simple, il suffit de déverser les graviers sur la voie en élargissant un peu au-delà des traverses (pour un bon maintien). Ensuite, avec l'aide d'un râteau assez large posé sur la file de rail, on nivèle le ballast. Bien sûr, pour ceux qui auraient acquis une ou plusieurs ballastières, cette étape est encore plus simple et, évidemment, assez distrayante. Il faut juste faire attention à conserver la bonne vitesse pour ne pas en mettre trop ou pas assez.

Le bourrage est un peu plus compliqué et fastidieux... Comme il n'y a pas de bourreuse (du moins, à ma connaissance), il faut le faire manuellement. Le plus simple consiste à lever légèrement la voie et à la bouger afin de faire pénétrer le gravier. Si ce n'est pas suffisant, il faut bourrer manuellement le gravier, avec une petite pelle par exemple. Il est assez facile de savoir si la voie est bien en place : elle ne doit pas bouger, que ce soit verticalement ou longitudinalement, lorsqu'elle est soumise à une charge (avec quand même un peu de tolérance. Un mouvement de quelques mm n'est pas trop gênant lol). Lors de cette étape, il est aussi intéressant de contrôler le niveau de la voie. En effet, si la voie n'est pas bien de niveau, vous risquez, au mieux, un inconfort lorsque vous passerez dessus, au pire, un déraillement. Pour ceux qui seraient tenté par des courbes en devers (ce qui revient à modifier le niveau pour compenser une partie de la force centrifuge en surélevant légèrement l'extérieur de la courbe), sachez que la vitesse très faible des trains de jardins ne l'impose pas (du moins, la valeur du dévers serait négligeable).

Il ne reste donc plus qu'à éliminer l'excédent de ballast pour le lisser au niveau des traverses. J'utilise une petite brosse pour se faire. Cette partie n'est pas obligatoire puisqu'elle n'a pas d'incidence sur le maintien de la voie et permet juste d'obtenir un visuel plus "charmeur" en laissant apparaitre les traverses. Tant que le ballast ne dépasse pas la hauteur du rail, il n'y a pas de risque pour les circulations. La, chacun fait son propre choix (parce que bon ça demande pas mal de temps lol).

A l'heure actuelle, j'ai commencé le ballastage. 3 parties du réseau ont été réalisées entièrement afin de voir la tenue sous mauvais temps et, en ce moment, croyez-moi, on ne manque pas d'eau dans le sud-ouest lol. Il m'aura fallu pas moins de 5 mois pour en arriver là, du début du projet en septembre 2012, à aujourd'hui, le 11 février 2013!!!!

Une fois ces trois étapes terminées, le réseau sera fin prêt et il ne restera plus que la dernière étape : les essais de roulage à vide et en charge.

La 1ère partie (boucle principale)

La 1ère partie (boucle principale)

Les 2 autres (voies du dépôt)

Les 2 autres (voies du dépôt)

Partager cet article

Commenter cet article